LA CHAPELLE, sonnet chrétien.

image

LA CHAPELLE,
Sonnet chrétien, dédié à madame Agnès des Granges, et commentant une photo qu’elle nous avait envoyée : c’était celle d’un vitrail de la Cathédrale de Chartres.

« Cet Azur qui traverse une noble verrière
Est le Ciel éternel du nouveau Paradis
Promis par l’Écriture à ceux dont la prière
Montera jusqu’à Dieu, car le Seigneur a dit

Qu’ils iront habiter au séjour de lumière,
Ceux dont le cœur modeste est ardent par la Foi :
L’Amour est une flamme, et l’âme qu’il éclaire
S’élève en empruntant le chemin le plus droit,

Qui monte jusqu’aux Cieux, ainsi que fait la pierre
Des églises d’antan, dont le style gothique
Honore le Seigneur, en vertu du travail

Qui coiffe d’une arcade une colonne austère
Et perce une rosace au-dessus d’un portique,
Donnant à l’arc-en-ciel les couleurs du vitrail. »

Publicités

PETIT POÈME IMPROMPTU,

image

PETIT POÈME IMPROMPTU,
dédié à Agnès des Granges, et à un vieil ami marin.
Ce poème illustrait un proverbe italien qui se retrouve à peu près dans les deux premiers vers.

Si tu ne peux changer la direction du vent,
Pour atteindre ton but, fais louvoyer ta barque,
Mais conserve un cœur pur !
Je fais cette remarque
Car on oublie son cap à louvoyer souvent…
Il y a sous l’azur
Plus d’un esquif perdu pour avoir voulu suivre
Tous les courants trompeurs…
On écrirait un livre
Avec le nom des fous qui n’avaient pas eu peur
D’écouter la sirène à la chanson mortelle :
Marin, garde ton cap ! Garde ton idéal !
Ne crains pas l’Océan ! Tu rejoindras la belle
Qui t’attend dans le port pour le baiser final !

Poème de Jean-Michel Bessou…

POÈME de Jean-Michel Bessou
au sujet du poème La Conscience, écrit par Victor Hugo, et qui s’achève par ce vers célèbre : « L’œil était dans la tombe, et regardait Caïn. »
15 mars 2014.

« Caïns qui gouvernez, c’est bien vous que regarde
Cet œil, si bien chanté par notre illustre barde,
Victor, fils romantique du général Hugo.
Ses vers étaient bien dignes d’un gigantesque égo !

Il écrivit si bien son Art d’Être Grand-Père
Pour nous chanter combien la Famille était chère
Au héros de la plume, si fier, mais sans orgueil,
Qui parlait de Conscience en nous parlant d’un Œil.

Gouvernants, prenez garde ! Vous lassez la patience
Des enfants de Hugo, car au pays de France,
Le Peuple se révolte ! Un cri sort de son cœur :
« La France est en péril, mais nous serons vainqueurs ! «